Interdiction de dépasser sur les autoroutes de l’Europe

L’ancien continent est bien connu pour n’avoir que trop peu de vastes étendues et les routes sont moins confortables qu’ici, en Amérique du Nord, au niveau de l’espace.

Vu l’économie exponentielle mondiale, inévitablement, il y a eu une augmentation du transport routier de l’autre côté de l’Atlantique qui ne s’est pas traduite par une amélioration et une adaptation du réseau routier, au contraire. Cette augmentation a engendré une forte densité de circulation dans la majorité des pays européens. Cette densité est évidemment accrue aux heures de pointe du matin et du soir.

Pour la plupart de ces pays, les autoroutes sont à deux voies de circulations dans chacune des directions. D’autres sont passés à trois voies parce que leurs pouvoirs décisionnels ont eu raison de leur idée visionnaire, prévoyant que le nombre de véhicules sur les routes évoluerait évidemment au fil des ans.

Malgré ces belles autoroutes à deux, trois et même quatre voies, la concentration du trafic européen est si importante qu’il faut imposer des règles de circulation aux heures « chaudes » de la journée. Cela se traduit par l’interdiction de dépasser sur les autoroutes à deux voies pour les véhicules lourds.

Prenons en exemple l’Allemagne, où il est interdit pour un camion de doubler entre 6h le matin et 20h le soir. La nuit, les dépassements sont autorisés et précisons que cette réglementation ne s’applique pas sur tout le territoire.

Dans certain pays comme la Hollande, une interdiction de dépasser est mise en application à certains endroits de 6h à 10h le matin, puis de 15h à 19h le soir. Aucune loi n’est prévue concernant le dépassement sur les autoroutes à trois voies, car elle ne pose pas de problèmes.

Quant à la Belgique, qui fait souvent dans le surréaliste, un ministre à décider de voter une loi pour l’interdiction pure et simple d’effectuer des dépassements pour tous véhicules lourds dépassant 3,5 tonnes, sans évidemment concerter les organisations du transport routier.

En conclusion, ces lois pénalisent le bon fonctionnement du trafic routier et donne lieu à des trains routiers discontinus sur des dizaines de kilomètres avec une vitesse moyenne de croisière sur l’autoroute ne dépassant pas les 65 km/h, ce qui engendre inévitablement des accidents. Les camions se suivent de trop près, et les véhicules légers veulent s’intercaler pour pouvoir sortir des autoroutes. Des accidents sont ainsi provoqués avec les conséquences que l’on peut imaginer.

Eric Sips, collaborateur

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s