N’hésitez pas à profiter de votre « carte Trans-West »…

Le mois dernier, notre répartiteur de ville s’offre une partie de golf avec ses collègues de travail. Pendant la journée, Mario ressent un malaise qui se transforme en douleurs au ventre.

« Franchement, quelque chose n’allait pas » dit-il. « J’avais une bosse au nombril. »

Il termine la partie avant de retourner à la maison. Cette nuit-là, il a de la difficulté à dormir et il réalise que ça ne va pas du tout. Il se présente néanmoins au travail le lendemain, ne voulant pas laisser son poste libre.

« Guy est le premier qui arrive » raconte-t-il. « Il voyait que je ne me sentais pas bien alors il m’a dit de ne pas prendre de chance. »

Guy prend l’initiative de téléphoner à la clinique, qui donne rendez-vous à Mario pour 10h le matin même. Mario n’hésite pas à s’y rendre et rencontre le docteur sans trop attendre. On lui diagnostique une hernie lombaire. Le docteur lui explique que son cas est sévère et qu’il doit rencontrer un chirurgien à l’hôpital.

« J’étais désorienté! Ça allait tellement vite que j’avais de la difficulté à comprendre ce qui se produisait » confie Mario. « Je tremblais parce que j’avais peur, je n’aime pas les hôpitaux. »

Le docteur communique avec l’hôpital et laisse quelques messages sur des boites vocales. Il rassure Mario, et lui demande de se présenter sans tarder. Mario se rend à l’urgence et attend encore quelques minutes pour passer au triage. Quand son tour vient, il remet ses papiers à l’infirmière. Puis, tout s’accélère.

« Honnêtement, c’était comme un ouragan! » s’exclame Mario. « À partir de cet instant, tout s’est mis à débouler… »

En quelques minutes, Mario rencontre le chirurgien qui lui donne de l’information quant à l’opération qu’il devra subir le plus rapidement que possible. Si aucun cas d’urgence ne se présente dans le département, il sera le prochain à se faire opérer. Vers 15h, une salle se libère.

« Je me suis réveillé autour de 21h20 dans une chambre de l’hôpital et le lendemain matin, j’étais de retour à la maison. C’est hallucinant ! » dit-il. Et, ce n’est pas tout : « Le docteur de la clinique m’avait demandé de lui écrire un email pour lui donner des nouvelles parce qu’il partait en vacances la journée même. Je lui ai écrit le dimanche, et il m’a répondu le lundi à partir des Iles Vierges Britanniques ! Moi qui pensais être bien loin dans sa tête… »

Mario conclut :

« C’est simple, je n’ai eu qu’à présenter ma carte Trans-West, donner des informations d’identification à l’admission de l’hôpital et payer le stationnement » explique-t-il. « N’hésitez pas à consulter la clinique, c’est un privilège qui nous permet de bénéficier d’un service rapide et efficace. Sans la carte, j’attendrais probablement encore. »

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s