Le grand routier

Claude Martel. Un nom que vous avez sûrement entendu à la télévision ou dans les festivités ! Ce gentleman du country a bâti sa carrière sur la profondeur de ses émotions et de ses aspirations. Avec plus de vingt-cinq ans d’expérience, vingt albums et trois 45 tours, il est reconnu comme un leader de la musique country québécoise. Il a chanté auprès de Patrick Norman et Paul Daraiche, un ami avec qui il partage son amour de la musique.

Un jour, un voisin lui donne une chanson qu’il a écrite. Étant donné que ça ne correspond pas avec les inspirations du moment, le chanteur-guitariste met le texte de côté. C’est huit ans plus tard qu’il retourne à la chanson de notre routier, Claude Mailhot, et qu’il fait la musique pour ses paroles.

« Je l’ai invité en studio pour lui faire écouter son oeuvre, Le grand routier. Il était très touché, c’était un moment émouvant ! »

Fier avec raison, notre routier fait part de sa collaboration à Réal Gagnon alors qu’il le croise dans la salle des chauffeurs. Intéressé, notre président demande à rencontrer l’artiste qui lui laisse son album, Si j’avais su. Quelques jours plus tard, Réal téléphone Claude Martel et lui demande de venir au bureau. Il lui propose une commandite pour son album.

« Je n’accepte pas tous les commanditaires. Je cherche des gens qui me ressemblent, sincères et surtout honnêtes. Il faut toujours être honnête dans ce que l’on fait » dit Claude Martel.

Le Grand Routier est donc la chanson qui amène Claude chez Trans-West. Lorsque je le rencontre, il porte le chandail bleu de l’entreprise et affiche un large sourire.

« Je suis fier de le porter et de faire partie de la grande famille » raconte-t-il. « Je ne suis pas camionneur, mais d’un côté, il faut aimer la route pour vivre une carrière musicale. Je suis toujours en déplacement pour les tournées, c’est le camion que je n’ai pas. »

Récipiendaire de trois trophées « Willie » et deux trophées « Alys », Claude résume son entrée dans le monde artistique. C’est une femme de Montréal qui le découvre en 1984, alors qu’il chante dans un bar de sa région natale, au Lac St-Jean. Impressionnée par son talent, elle l’invite en studio et participe à son envol. Malheureusement, il éprouve des difficultés en cours de route et comprend rapidement l’importance de prendre soin de sa carrière lui-même. À ses débuts, il devient déjà son propre producteur.

« Toutes les chansons de mes albums racontent des histoires, ma vie. Au travers elles, on peut facilement apprendre à me connaître » dit Claude. « D’autres personnes qui me sont chères ont également écrit des paroles pour moi. »

Tu dois quitter est une chanson écrite par un ami à qui on annonce que sa femme est atteinte d’un cancer. Après plusieurs traitements de chimio, le couple apprend que c’est un mauvais diagnostic et la femme survit. Quelques années plus tard, c’est le mari qui est diagnostiqué du cancer.

« Serge a écrit ces magnifiques paroles pour sa femme, mais c’est à lui que la chanson retourne. Ces expériences font partie de ma vie, les personnages sont bien réels. Ma musique est authentique. »

Sur cet album, Claude fait la musique sur six chansons et Paul Daraiche participe autant au texte qu’à la musique. Avec des étincelles dans les yeux, il partage le plaisir qu’il éprouve à monter sur scène. Non seulement la musique lui permet de s’exprimer, elle rapproche les gens et devient une source d’énergie.

« Quand le spectacle est terminé, l’adrénaline est à son maximum. Je suis motivé à un point tel que je peux rouler pendant des heures pour me rendre aux quatre coins du Québec. » Il reprend : « La route, c’est comme une libération. Quand je roule, je décroche de tout et je fais le vide. J’entre à la maison, et je suis heureux. »

Extrait : Le grand routier par Claude Martel

Assistez aux spectacles de Claude les dates suivantes :

12 aout :  Saint-Félicien

13 aout :  Saint-Canut

05 septembre :  Croisière Cavalier-Maxime

30 septembre :  Saint-Cyrille-de-Wendover

09 octobre :  Saint-Sauveur

14 octobre :  Saint-Paulin

Une réflexion sur “Le grand routier

  1. Bravo à Claude, et chic de la part de Réal cette belle tape dans le dos!! si jamais un autocar de tournée est de mise, je serais volontaire comme chauffeur de tournée !

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s