« Qualité de vie et accomplissement, une formule gagnante avec Trans-West », par notre routière de Nouvelle en Gaspésie, Lydia

« Avril 2014

J’ai cumulé quelques emplois avant de devenir routière chez Transwest. J’ai aimé tous mes emplois, mais il me manquait quelque chose. Je ne me sentais pas accomplie en tant que personne. Ce n’est plus le cas depuis que je suis chez Transwest. Je me réalise pleinement au niveau professionnel et familial.

Dans le jargon du métier, être en team n’est pas monnaie courante dans mon patelin. La demande et le contexte économique ne sont pas là. Toute la patente se passe en ville il paraît! Jonathan et moi, avons décidé d’y aller, mais tout en continuant d’habiter notre belle et grande maison… à 8 hrs du terminal. Oui, nous avons pensé déménager, en pesant le pour et le contre et la meilleure solution pour nous était d’effectuer la distance Nouvelle-Lachine. Vous comprendrez aussi que j’ai quatre autres bonnes raisons de rester ici : mes enfants! Je ne veux pas les déraciner et ne plus les voir n’est pas une option. C’est non négociable! Surtout que Transwest m’offre l’opportunité de travailler une semaine sur deux afin que je passe le maximum de temps avec eux. Alors, je boucle ma ceinture et go au boulot.

Lydia et ses enfants

Au début, je trouvais ça difficile surtout au retour, mais après trois ans, je me suis habituée à cette routine de vie. Quand je fais le bilan de tous les avantages que Transwest m’offre pour jouir d’une belle qualité de vie, la distance parcourue pour me rendre au travail me semble bien secondaire.

J’aime vivre en Gaspésie. J’ai besoin de voir la mer et la montagne. Mes racines sont ici et il me serait impossible d’habiter près des grands centres. Ma santé mentale en souffrirait! C’est un petit coin de paradis ici. Vous demanderez à mes amis Eric et Chantale, deux collègues de travail qui sont devenus de précieux amis avec le temps. Cela fait déjà deux fois qu’ils viennent nous visiter et ils pensent revenir à l’été.

Lors du dernier B.B.Q. du président, le patron nous a remis une copie du livre de John P. Strelecky : Les cinq grands rêves de vie. L’avez-vous lu? Moi, je l’ai fait et j’ai été agréablement surprise du fait que je mets en pratique beaucoup de petites choses au quotidien dont parle le livre. J’ai également constaté que M. Réal aussi s’en est inspiré pour gérer son entreprise. Il a compris que d’être heureux et épanoui au travail, c’est une formule gagnante… autant pour lui que pour nous.

Notre routière LydiaJ’ai déjà entendu quelqu’un dire qu’il ne faut pas rêver sa vie…il faut vivre ses rêves. Il ne faut pas laisser la peur nous empêcher de faire ce dont nous avons envie. Personne ne peut dire de quoi demain sera fait. En janvier 2012, j’écrivais pour la toute première fois sur le blogue de TW. J’ai roulé ma bosse depuis! C’est le cas de le dire et je souhaite que ce soit le cas encore longtemps.

Lydia »

Merci Lydia pour ta participation et ta belle implication
au sein de notre grande famille Trans-West!

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s